Préfecture de la Lozère, Mende est situé sur les bords du Lot entre les Cévennes et les Causses à 712 m. d'altitude. Randonnées, pêche, VTT, hôtels, restaurants, camping.

 

Mende en Lozère

Tourisme autour de Mende à l'époque

Mende en LozèreLes principales routes aboutissent à la place de Gaulle, centre de l'animation. Si l'on vient de la gare ou de Saint-Flour, on atteint cette place en franchissant le Lot sur le pont de Berlière et en suivant tout droit l'allée Piencourt, plantée par l'évêque de ce nom (1707) et bordée de peupliers séculaires.

Sur la place de Gaulle, où se voit le monument des Lozériens morts en 1870-71, donne l'hôtel de ville, construction du temps de Louis XVI, simple mais bien comprise: bel escalier; superbes tapisseries d'Aubusson dans la salle du conseil; bibliothèque de 13.000 vol. parmi lesquels de nombreux incunables.

Mende en LozèreSur la place de Gaulle s'ouvre le boulevard circulaire, planté de platanes, qui a remplacé les anciens fossés de la ville; il commence au Sud-Ouest sous le nom de boulevard du Soubeyran, où sont les principaux cafés et à gauche la poste. A l'entrée de ce boulevard à droite s'élève la tour des Pénitents, demi-cylindrique, seul reste de l'enceinte construite en 1165 par l'évêque Aldebert du Tournel. Au pied de cette tour, la chapelle des Pénitents (1657) renferme une Vierge noire, réplique ancienne de Notre-Dame du Puy; dans le cloître adjacent sont conservés les insignes des confréries de Pénitents et un bel aigle-lutrin en bois sculpté de la fin du XVII° siècle.

Tout à côté, la place au Blé donne accès dans la vieille ville, très curieuse par les détails d'architecture de ses maisons anciennes et, plus encore, par le caractère archaïque conservé par des rues entières. Dans la rue du Fournet, qui s'amorce à gauche de la place, portes du XVII°, oratoires avec statues du XV°.

Au boulevard du Soubeyran fait suite le boulevard Henri-Bourrillon qui conduit à la place Urbain V, que domine la façade de la cathédrale et où se dresse la statue, bronze par Dumont, du pape Urbain V (Guillaume Grimoard, né en 1309 au château de Grizac, près du Pont-de-Montvert). A gauche de la cathédrale se trouve la préfecture, édifice moderne de style Louis XIII.

La cathédrale Saint-Pierre a été commencée en 1369 par le pape Urbain V, terminée au XV° après un arrêt de 60 ans. Détruite à la mine (1579) par les protestants qui ne laissèrent debout que la façade, les tours et le chevet, elle a été refaite de 1599 à 1620 avec une fidélité remarquable mais non exempte de sécheresse.

La façade, percée d'une jolie rosé et à laquelle s'appuie un perron surmonté d'un porche élégant, refait récemment dans le style du XV° avec voûte retombant sur deux légères colonnes isolées, est flanquée de deux belles tours élevées de 1508 à 1521 par l'évêquc François de la Rovère (ses armes ou ses initiales se voient en plusieurs endroits). La plus grande, à gauche, très élégante, haute de 84 mètres, est flanquée de contreforts bien décorés et pourvue d'une jolie galerie Renaissance; la flèche est flanquée de légers pinacles. Le clocher de droite, beaucoup plus simple, a 65 m. de hauteur et porte une petite flèche à crochets. (Pour visiter le grand clocher, la sacristie et les cryptes, s'adresser au sacristain).

Mende en LozèreLa nef, très simple, sans transept ni triforium, est flanquée de bas-côtés et de chapelles latérales; le déambulatoire contourne le chœur, mais n'a que deux chapelles rayonnantes.
Le chœur possède des stalles avec boiseries de 1692 et panneaux représentant des scènes de la vie du Christ. Sur le maître-autel : statue miraculeuse de la Vierge noire, déjà citée au XIII°; précieuses reliques; beaux candélabres en bois du XVII°. Au fond du chœur, Assomption, copie du XVIII°, d'après Murillo; sur le pourtour huit tapisseries d'Aubusson, datées de 1706 et représentant les mystères de la Vierge.

Mende en LozèreLa chaire, de style gothique, est moderne et due au sculpteur Pagès de Mende; en face, stalle épiscopale Louis XIII et beau Christ en bois du XVII°; la boiserie des grandes orgues (de 1653) est également remarquable.
Au revers de la façade, pierre tombale du XV° et battant de l'ancienne cloche appelée Marie-Thérèse ou la Non-Pareille, fondue en 1517, détruite en 1579 par le capitaine Merle; elle pesait 460 quintaux: le battant mesure 2 m. 35 de hauteur et 1 m. 10 de circonférence dans sa plus grosse partie. Dans les chapelles latérales : piscines du XV°; plusieurs autels en bois Louis XIV. Chapelle des fonts, à gauche, boiseries de la Renaissance avec panneaux représentant des scènes de l'Ancien Testament.
La sacristie possède une porte Renaissance, un beau Christ, grandeur naturelle, du XVII°, une crosse en vermeil moderne et un magnifique ornement sacerdotal, composé de cinq pièces en soie brochée du XVII°.
Près du battant de la Non-Pareille, une porte de style flamboyant conduit dans le grand clocher (visite très recommandée; on peut monter jusqu'à la 4e galerie ou galerie de l'Horloge, 241 marches : vue sur la vieille ville et ses curieux toits à versants bombés, coupés de mansardes). Sous la cathédrale et au pied du grand clocher existent plusieurs cryptes: celle qui abrite les reliques de St Privat remonte au XII°; elle fut décou­verte en 1905. Le portail Sud de la cathédrale, qui offre une assez belle décoration flamboyante, donne sur la place Chaptal, décorée d'une fontaine.
Au-delà du palais de justice s'ouvrent : à gauche la rue de la Banque (route de Rodez), à droite de la rue d'Aigues-Passes.
Par la rue de la Banque et, à gauche, l'avenue du Musée, on peut aller voir le musée de la Société des lettres, sciences et arts de la Lozère.

Mende en LozèreTrésor de l'âge du bronze trouvé à Carnac, près La Malène, sur le causse Méjean. Cippe chrétien d'Ispagnac et autres cippes; bibelots gallo-romains; numismatique locale; fragments lapidaires parmi lesquels de beaux reliefs du XIV° provenant d'un tombeau de la cathédrale, et de grands cartouches du XVI° aux armes de l'évêque François de la Rovère; iconographie, minéralogie et ornithologie locales; petite collection de dentelles locales. On prend la rue d'AiguEs-Passes qui offre des maisons anciennes dont l'une a une porte gothique avec vantaux de la Renaissance. A l'extrémité de cette rue, on prend à gauche la rue Notre-Dame, jadis de la Juiverie, principale artère de la vieille ville; on y voit un bâtiment gothique, jadis synagogue, et un oratoire avec une Vierge noire placée au-dessus d'une fontaine (peintures modernes).

Mende en LozèrePlus loin, à l'entrée de la rue du Collège, croix du XVI°. La rue du Chastel prolonge la rue Notre-Dame : on y voit à gauche le reste insignifiant d'une porte fortifiée qui a donné son nom à la rue, et à droite une croix de pierre ancienne. On débouche sur la place du Chastel: monument du sénateur Théophile Roussel.
De la place du Chastel, par l'allée Paul-Doumer et une rue à gauche, on aboutit au pittoresque pont de Notre-Dame de Peyrenc, du XIV°, sur le Lot : le traverser et tourner à droite pour le bien voir. Revenant sur ses pas et continuant tout droit, on rentre dans la vieille ville où l'on prend à gauche la rue du Collège. A droite s'ouvre la rue de l'Epine où l'on voit au n° 11, dans une cour, l'hôtel de Ressouche, du XVII°, délabré : porte de 1665, bel escalier. On débouche dans la rue Droite qui ramène à la place de Gaulle, en laissant à gauche la pittoresque fontaine de la Calguière.

Environs de la ville de Mende
L'Ermitage de Saint-Privat (890 m.). On prend les boulevards jusqu'au Foiral d'où part à droite le chemin de Saint-Privat qui serpente en lacets sur la montagne. Oratoire de Saint-Ilpide, sur des tombes découvertes en 1805 et 1913; belle vue sur Mende. 14 petites chapelles d'un chemin de croix. L'Ermitage de Saint-Privat, pèlerinage fréquenté, en partie taillé dans le roc et qui fut habité par le saint évêque. A côté de la chapelle, curieux reposoir, taillé dans la roche. Près de l'ermitage a été érigée une grande croix, illuminée le soir, qui domine la ville de Mende. Jolie vue sur Mende et ses environs; la cathédrale se présente sous un bel aspect. Si l'on désire aller à la Croix de Mimat (1070 m.), prendre avant l'ermitage un chemin forestier à droite qui atteint au milieu de reboisements de pins noirs d'Autriche le bord du causse de Mende. Au sommet, lavandes, en fleurs au 15 août. Large panorama: coupure du Tarn; causses de Mende et de Sauveterre; Mont Lozère; plateau du Roc et monts de la Margeride ; l'Aubrac.

Mende en LozèreOn pourra parcourir à volonté le petit causse de Mende qui s'étend au Sud de l'ermitage. Le Causse de Changefège. On s'y rend en suivant la route de Florac jusqu'au pont du chemin de fer (3 km), après lequel on trouve à droite un chemin de chars qui monte au hameau de Changefège (5 km); beau dolmen.

Mende en LozèreLanuéjols et Bagnols-les-Bains. De Mende à Rouffiac, par la route de Florac. Au-delà de Rouffiac, on quitte la route N. 107 pour suivre à gauche la route C. 41 qui remonte le vallon de la Nize, entre le petit causse de Balduc, à droite, réduit à un grand récif, et la falaise du causse de Mende, à gauche. Brenoux. On laisse à droite le château du Boy, du XVIII°. Lanuéjols (857 m.): à l'entrée du village à droite, restes d'un monument romain du III°, appelé dans le pays "lou maselet"; sa forme est celle d'un carré de 5 m. 35 de côté, flanqué de niches de 1 m. 30 de profondeur sur 2 m. 75 de large. Le mur est percé d'une porte surmontée d'un linteau avec une inscription qui démontre que c'était un ausolée consacré à la mémoire des enfants de Bassianus et de Regala, sa femme. De nombreux objets gallo-romains ont été découverts autour de ce monument. Lanuéjols a une belle église romane. On peut visiter, le château de la Prade, en partie ruiné, l'ermitage de Saint-Génies, où jaillit une abondante fontaine. Au-delà de Lanuéjols, la route ne tarde pas à s'élever par de grands lacets jusqu'au col de Masseguin ou de Loubière (1.185 m.), d'où elle redesend sur Bagnols-les- Bains. Circuit du mont Lozère via Lanuéjols, Bagnols les Bains, Villefort, Le Bleymard et Mende.

Les Gorges du Tarn et aven Armand. De Mende via Florac, les gorges du Tarn, Rozier, Meyrueis et Mende. Après avoir visité l'aven Armand, au lieu de regagner Mende, on peut au contraire revenir à Meyrueis pour monter à l'Aigoual et continuer le voyage vers Nîmes, Montpellier ou Béziers.

 

Mende en Lozère
Mende en Lozère
Mende en Lozère
Mende en Lozère
Mende en Lozère
Mende en Lozère

 

L'Etoile Maison d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), les sentiers Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Roujanel, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.